Finances, Emploi, Comptes publics

Les revendications

“Urgente nécessité de la lutte contre la précarité.”
“Pour un autre type de développement que le profit, d’autres objectifs que la consommation”
“L’économie capitaliste engendre la misère”
“ Vivre plus et travailler moins ”

Emploi, salaires, pensions et allocations

  • Plus d’emploi précaire ou d’heures supplémentaires : la précarité permet le chantage à l’emploi.
  • De véritables augmentations de salaire, avec des cotisations sociales qui sont du salaire socialisé !
    C’est une part mise en commun face aux accidents de la vie (maladie, handicap...)
  • Augmentation des salaires, à réévaluer par rapport aux besoins.
  • Égalité effective des salaires femmes / hommes. Travail égal, salaire égal. Sanctions plus importantes si elle n'est pas appliquée.
  • Augmentation du SMIC à 1800 € brut. 1800 euros, ce n’est pas trop et l'argent existe.
  • Augmentation des pensions de retraites, des minimas sociaux, pensions et allocations
    ou création d’un minima social inconditionnel et digne, tous indexés sur le coût de la vie.
  • Aucune retraite inférieure au SMIC.
  • L’âge de la retraite doit prendre en compte la durée de vie, mais aussi la pénibilité.
    Harmoniser les statuts des retraités.
  • Indexation sur le coût de la vie pour rattraper le pouvoir d'achat.
  • Pas de diminution de la pension quand on travaille à temps partiel.
  • Établir l’égalité salariale stricte homme-femme et l'égalité des congés parentaux.
  • Revaloriser le salaire des enseignants.
  • Abolir le travail le dimanche (sauf exceptions).
  • Contractualisation de tous les agents précaires - Les emplois aidés ne doivent pas remplacer les services publics.
    Revoir la place du bénévolat qui se substitue aux devoirs de l’État.
  • Partage du temps de travail : redistribution du travail (diminution du temps de travail) et redistribution des richesses du travail.
    Pourquoi ne pas être des intermittents du travail et le partager ?
    Une autre organisation du temps de travail est possible, en fonction des besoins collectifs.
  • Appliquer une cotisation sociale sur les machines. Taxer les gains de productivité liés au numérique.
  • Revenir aux principes des Allocations familiales, qui reposent sur l’égalité : universalité des allocations (selon le nombre d’enfants).
    Quand on met des seuils, sous conditions de ressources, cela permet ensuite de les baisser.
  • Rétablir les aides enlevées aux familles.
  • Salaire maximum dans l’entreprise pas plus de 20 fois le salaire le plus bas.
  • Fixation d’un salaire plancher et d’un salaire plafond dans l'entreprise - De 1 à 20, de 1 à 4 ?
  • Retraite à 60 ans et réduction d’âge en fonction de la pénibilité (ou revenir à une retraite à 37 ans ½ de cotisations).
    – Pourquoi pas 50 ans ? On peut se former toute sa vie, on peut aussi travailler toute sa vie (bénévolat).
  • Suppression de la CSG, qui n’est pas une contribution sur la solidarité.
  • Aides sociales : clarifier, les besoins sont les mêmes. Faire le ménage.
  • Fin des systèmes de plafonds appliqués à la lettre. Ex. + 3€ sur la retraite =  - 100 € d'aides sociales = - 97 € nets !
    De mê
    me, la Prime pour l'emploi vient diminer les APL et ne sera pas prise en compte dans la retraite.
  • Les pauvres doivent être informés des aides auxquelles ils ont droit.
  • Assurer le droit à l’emploi : une sécurité sociale professionnelle qui garantit l'emploi.
    Un salaire à vie pour garantir une citoyenneté à vie ; c'est possible par la réduction du temps de travail et de création d’emplois dans la transition écologique
    et en arrêtant de remplacer les hommes par des machines.
  • Allocation universelle de base car il n’y a plus de boulot pour tout le monde…
    – Le “revenu universel” est une revendication du capitalisme, c'est la suppression du salariat, donc des revendications liées.

L'entreprise

  • Instaurer la démocratie dans l'entreprise, le partage du pouvoir de décision.
  • Affirmation des droits des salariés pour définir eux-mêmes les choix de l’entreprise, les objectifs de production et l’organisation du travail.
  • Favoriser les PME créatrices d’emplois, avec éventail des salaires plafonné.
    Par exemple de nouveaux emplois dans la transition écologique, l'agriculture...

Egalité, biens communs, services publics

  • Gratuité des 1ers m3 d’eau et KW d’électricité et gaz - Fin des compteurs à pièce !
  • Logement : Relever les APL. Baisser le niveau des garanties financières pour le loyer.
  • Droit de se loger pour tous = zéro SDF - Vaste plan de construction de logement.
  • Gratuité des transports : elle génère de l’égalité dans le service,
    et en permettant d’augmenter la fréquence des trajets, c’est l’économie locale qui en bénéficie.
  • Définir des biens communs comme les services publics : la Sécurité sociale, le transport, la santé, l’éducation… qui devraient être hors marché
  • “Socialiser” les services publics, gérés par les usagers : ils sont gérés actuellement comme des entreprises privées alors que c'est du bien commun.
  • Rétablissement des services de proximité, des transports, embauches massives dans la santé, l'enseignement…
    Les services publics n’ont pas à être rentables et la majorité des besoins peuvent être financés par l'argent de l'évasion fiscale.
  • Repenser l’économie locale ; les citoyens doivent être acteurs des propositions et décisions.
  • Transports gratuits dans les villes, financés par les parcmètres, cotisations entreprise.
  • Rétablir les subventions aux associations.
  • Mise en place d’un RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) avant tout contrat important de Partenariat Public/Privé (PPP) pour voir si le bénéfice est réel pour le bien commun
    et si l’argent n’est pas détourné. Droit de regard sur les tenants et aboutissants des contrats.
    - Exiger un audit financier du contrat en cas d’anomalies.
    - Exiger des sanctions réelles en cas de malversation.

Remettre à plat la fiscalité

  • Privilégier le progressif au proportionnel. L’impôt est plus juste que la TVA.
  • Suppression de la TVA sur les produits de première nécessité.
  • Pour un impôt sur le revenu plus simple et plus progressif en augmentant le nombre de tranches,
    Participer à l'impôt dès le 1er euro gagné – Divergence : la TVA est déjà payée par tous.
  • Suppression des niches fiscales.
  • Rétablir l’ISF et l’Exit Taxe.
  • Suppression de la Flat Tax (impôt forfaitaire).
  • Suppression du CICE qui rémunère les actionnaires sans créer d’emploi.
  • Taxation des GAFA et autres multinationales sans possibilité de défiscalisation.
  • Taxation des transactions financières à hauteur de 1%.
  • Création d’une taxe sur les dividendes.
  • Lutter contre la fraude financière. Fin de la légalisation de l'évasion fiscale.
  • Taxation des carburants de transport aviation et maritime.
  • Mettre en place des outils de contrôle (exonération des entreprises, utilisation de l'argent public...).
  • Re-nationalisation des moyens de production d’énergies et d’eau.
  • Re-nationalisation des moyens de transports : autoroutes, chemins de fer et voies aériennes, autoroutes.
  • Re-nationalisation des services de santé et des organismes médico-sociaux.
  • Re-nationalisation des moyens de la poste des services de communications.
  • Instituer un protectionnisme « solidaire » pour contrôle - Taxation des marchandises.
  • Transparence totale des dépenses publiques.
  • Imposition liée à la nationalité française: si l'on travaille à l'étranger on paye un complément en France (ex. USA). C'est l'impôt universel.
  • Remise à plat de la prime d'activité : la justifier, transparence du calcul
  • Rétablissement de l'ISF.
  • Rétablir les avantages fiscaux pour les familles.
  • Pas d'aménagements fiscaux pour les grandes entreprises.
  • Taxer les GAFA.
  • Taxer toutes les entreprises de la même façon, au même taux, quelle que soit la taille de l'entreprise.
  • Revoir les abattements sur les revenus mobiliers.
  • Revoir le taux d'imposition des entreprises. Proportionnellement, les grosses en paient moins que les PMI-TPE.

Economie - Comptes publics

  • Responsabiliser les élites.
  • Réindustrialiser le pays.
  • Rétablir les Services publics partout.
  • Etablir des priorités d’action en fonction des moyens financiers disponibles.
  • Transparence sur les comptes publics. Les contrats entre l'État et les entreprises doivent être consultables à tout moment.
  • Transparence des comptes collecteurs de cotisations : Sécurité sociale, Allocations, Pôle Emploi, caisses de retraite.
  • Rendre les rapports de la Cour des Comptes obligatoires.
  • Faciliter la création d'emploi, moins de normes administratives.
  • Conditions de prêt bancaire et de renégociation (en cas de baisse de taux), identiques pour tout emprunteur, quel que soit son revenu.
  • RIC ou RIP (d’Initiative Populaire) avant l’adoption de contrats importants dans les partenariats public/privé (PPP).
    Faire un audit financier en cas d’anomalie. Tout projet d’ampleur doit être un investissement qui profite à tous, sans destruction de terres agricoles.
  • Loi alimentaire, ce sont encore les grandes surfaces qui en bénéficient, pas les producteurs.
  • Limiter la marge de la grande distribution en assurant aux agriculteurs le prix de revient de leur production.
  • Rétablir l’aide à l’agriculture biologique au même titre et même davantage que l’agriculture conventionnelle pour inciter à la conversion ou à une production vertueuse.
  • Exiger la suppression des tribunaux d’arbitrage privés dans les accords de libre-échange. Ces tribunaux peuvent intenter des procès contre les Etats.
    s'ils ont par exemple une politique sociale et environnementale défavorable aux bénéfices de l'entreprise.

Finance - Système bancaire

  • Dette : Création d’une commission indépendante pour faire un audit de la dette publique. Rejet de la dette illégitime
    (l'association ATTAC l'a fait, voir son site https://france.attac.org/), sécurité sociale et comptes publics.
  • Redonner le pouvoir à la Banque de France (prêt à l'Etat, création de monnaie).
  • Nationalisation des Banques privées.
  • Séparation des banques de dépôt et banques spéculatives.
  • Taxer et limiter la libre circulation des capitaux ; délocalisations, évasion fiscale, spéculation.
  • Fin du secret des affaires et bancaire par la mise en place d’une commission de la transparence bancaire et des affaires.
  • Contrôle des mouvements de capitaux / financiers - Chasse à la fraude fiscale (80 milliards par an).
  • Interdiction de la spéculation sur les produits de première nécessité et leurs moyens de productions.
  • Remise en cause de la politique européenne qui prime sur celle de la France.
    Faire des audits dans les domaines de l' Economie ou des Finances par des économistes indépendants et de tous bords.
  • Europe : assimiler ce qui fonctionne pour le mettre au niveau européen.
  • Remettre en question Maastricht, qui impose une Europe financière mais pas sociale. Recréer une nouvelle Europe.

Voir les ateliers et débats sur ce thème :

Trégueux 8 février 2019

St-Brieuc 17 février 2019

Plérin 24 février 2019

Ploufragan 3 mars 2019

Hillion 8 mars 2019

 

Ajouter une revendication et/ou vos éventuelles solutions :

Commentaires

  • Jean Pierre Raumer
    • 1. Jean Pierre Raumer Le 26/02/2019
    Si vous avez bien lu mon commentaire vous avez du comprendre que je suis contre la privatisation des autoroutes, de la distribution d'eau etc... parce que ce sont des activité hors secteur concurrentiel.
  • Jérome Fournier
    • 2. Jérome Fournier Le 18/02/2019
    A JP Raumer, sur les privatisations :
    Je ne comprends pas bien votre raisonnement.
    Les autoroutes sont majoritairement privées, non ? et les sociétés qui exploitent se gavent !
    Dans pas mal de ville la distribution de l'eau est confiée au privé ou a des partenariat Public/Privé qui font la part belle au privé !
    Dans les chemins de fer on voit déjà des compagnies privées qui roulent sur les rails de RFF.
    La technique est toujours la même séparer l'exploitation de la ligne (chemin de fer, téléphone, gaz, eau..) confier la partie exploitation (qui rapporte le plus) au privé et laisser le public entretenir les lignes, ou pire plus personne entretient et c'est le délabrement !
  • Jean Pierre Raumer
    • 3. Jean Pierre Raumer Le 18/02/2019
    Le secteur privé (système capitaliste) ne peut fonctionner correctement que s'il y a une vraie concurrence (celui qui choisi est celui qui paye) donc interdiction de privatisation si cette condition n'est pas remplie. Exemple: on peut privatiser la construction automobile, la production d'électricité (il y a concurrence) mais pas les autoroutes (pas de concurrence), pas la distribution d'eau (pas de concurrence directe = corruption), pas les chemins de fer (impossibilité de faire arriver deux trains à la même heure sur la même ligne donc pas de concurrence).
  • Jean Pierre Raumer
    • 4. Jean Pierre Raumer Le 18/02/2019
    Supprimer la demi part pour chaque enfant sur la déclaration de revenu et compenser en revalorisant les allocations familiales. La demi part est surtout bénéfique pour qui paye beaucoup d'impôt sur le revenu, donc les riches, alors que les allocations familiales sont égalitaires mais actuellement trop faibles pour les premiers enfants.

Ajouter un commentaire