Education, Jeunesse, Enseignement Supérieur, Recherche - ateliers et débat St-Brieuc

Ateliers et débat 17 février

​Table 5 - 8 personnes

L’école :

  • Elle est aujourd’hui sélective et excluante :
  • Rétablir les réseaux Rased
  • Mettre en place des paliers de bilan permettant une meilleure orientation, pourquoi pas avant le BAC
  • Diminuer les effectifs en CP et CE1
  • L’école doit apprendre l’élève à se connaître et à être autonome
  • Sortir du modèle dominant/dominé (ex du modèle finlandais)
  • Comment promouvoir les écoles libres (non “mono pédagogiques”)

De l’école à l’université

  • Les examens : soit suppression, soit autre forme (80 ou 100% d'une classe d'âge qui obtient le BAC ne signifie plus rien)
  • Chercher plutôt à éduquer, pas à sanctionner
  • Développer le travail en groupe : scolaires, étudiants. L’intelligence collective plutôt que l'individualisme
  • Plus de transparence dans les orientations post-bac
  • L’amendement ridicule : effacer la notion de père et de mère (parent 1 parent 2) manipulation idéologique
  • Oui au progrès, mais au service de l’homme
  • Sortir de la dichotomie grandes écoles/universités en tenant compte des parcours

Synthèse des échanges du débat

  • Livre “L’enseignement de l’ignorance” de JC Michalat résume l’état des lieux de l’enseignement en France
    Les classes supérieures : destinées à l’organisation de l’État
    Les “surnuméraires”deviennent les “inutiles”. Qu’adviendra-t-il de cette population ?
  • Avoir le drapeaux français et chanter La Marseillaise à l'école c'est aberrant (paroles désuètes et guerrières)
    On peut aussi inventer d’autres paroles. Chanter la Marseillaise, esprit républicain. Ce chant dérange selon le moment…
  • Amendement qui viserait à faire taire les enseignants, par la dénonciation entre eux. (?) Il s’agit de revenir à la pensée unique…
  • Pas beaucoup d’enseignants parmi les gilets jaunes, ainsi que les artistes.
  • Où est la volonté d’éducation populaire ?
  • Est-ce qu’on peut aider les enfants les plus en difficulté ?
  • L’enseignement en voie de dislocation. De moins en moins de moyens, burn out…
    Il faut beaucoup plus de moyens, et de temps pour les enfants, ils en ont besoin.
  • Formation des enseignants : un véritable ancrage sur le terrain est nécessaire. Déconnection de la société. Les pratiques ont évolué.
    Le CAPES par exemple : on n’y parle pas de pédagogie pourtant indispensable, mais juste du programme
    Une seule formation, STAPS, le propose, où dès le DEUG 2 vous allez voir des classes.
  • L’école est sélective, si l’on veut une vrai démocratisation, tout revoir à la base. 
  • Inquiétude pour Parcours Sup ; quantité d’étudiants qui se retrouvent sans rien. Ça ne marche pas…
    Il n'y a pas assez de place, on fait de la sélection en changeant de logiciel. C'est moins cher que de construire des universités !
  • L’école doit rester le lieu des savoir être et savoir-faire, on n’a ni l’un ni l’autre.
  • Pas normal que dans une association, des victimes n’osent pas avouer ce que les administrations leur demandent car ils sont illettrés.
    Comment intégrer les gens s'ils leur manque les fondamentaux ?
  • Si ceux qui interviennent ici pouvaient expliquer : RASED ? (écoles primaires) :
    – Classes spéciales ou un soutien de psychologues et autres spécialistes qui assistent le-la professeur d’école.
      S'adresse aux élèves en difficultés en zone sensibles. Dans certains lieux, toutes les professions ne sont pas représentées.
      Comment travaille-t-on avec les parents ? Dialogue avec l’enseignant, qui met en lien ces différentes compétences

Retour vers la synthèse des propositions

Ajouter un commentaire