Santé, Handicap, Solidarité - ateliers et débat Ploufragan

 

Ateliers et débat 3 mars

Table 3 A

  • Déserts médicaux : aides ou contraintes pour placer des médecins sur ces zones, dès la sortie de l’école de médecine
  • Pas de médecine à 2 vitesses – Tous les soins remboursés à 100%
  • Indépendance de toutes les instances de santé par rapport aux lobbies pharmaceutiques.
  • Contrôle des médicaments beaucoup plus exigeant
  • Pour le remboursement de l’Homéopathie
  • Développer une politique de prévention sexuelle
  • Drogue à légaliser : travail au Portugal pour légaliser le cannabis (drogues dures ?)
  • Accès aux Ehpad moins cher
  • Aide pour l’accueil des enfants handicapés dans les écoles 

Table 3 B

  • Stop à la chute vertigineuse des revenus salariés substitués par les pensions d’invalidité 2ème catégorie.
  • Stop à l’exclusion sociale des ex-invalides retraités, dont les pensions sont trop souvent en-dessous du seuil de pauvreté
  • Stop à l’incohérence des réformes de la Sécurité sociale quant aux dispositions de la franchise médicale qui induit toujours plus de prélèvements et touche les couches sociales les plus démunies.
  • L’âge ou le handicap ne doivent pas faire l’objet de discrimination et ne sont nullement des obstacles à revendiquer le droit fondamental à la dignité et à la justice sociale.
  • Les personnes en situation de handicap et invalides demandent une meilleure reconnaissance de la part de la secrétaire d’état chargée des personnes handicapées, Mme Sophie Cluzet.
  • Statistiques 800 000 à 1 million de personnes seront atteintes d’Alzheimer. Il est inadmissible que ce soit ce soit la famille, en l’occurrence le conjoint, qui doivent assumer seul les stigmates de cette maladie incurable. Familles désemparées, sans soutien.
  • Etablir une véritable politique de santé concernant les maladies maladies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer, les maladies séniles ou les maladies psychiatriques.
  • Formation de médecins pour une prise en charge globale de ces maladies.
  • Soutien des aidants, famille ou proches - Maladies au long cours, chroniques, pouvant durer des dizaines d’années. Certaines familles se sentent isolées et sont complètement démunies.
  • Pour les EHPAD, les établissements psychiatriques la situation est alarmante. Ces secteurs sont totalement sinistrés.
    Les personnels demandent des conditions de travail humaines, avec davantage de temps de présence auprès des malades et moins de bureaucratie.
  • En psychiatrie, une majorité de malades se retrouve à la rue, ou en prison, la plupart abandonnés par leur famille. C’est un vrai scandale !
  • Témoignage : Fin de vie à l’hôpital, il n’y avait que 8 lits pour une population de 40 000 habitants.
  • Pour les soignants : des crèches 24h/24, gratuite pour les plus démunis ;
  • Souplesse des horaires ;
  • Revenir à plus de convivialité en donnant plus d’autonomie dans la gestion de l’emploi du temps et l’organisation du travail.
  • Protéger la CPAM
  • Personnes agées, développer et améliorer les structures accueillant les handicapés et les personnes âgées. Développer l’ergonomie.

Synthèse des échanges sur ce thème

  • Rôle de l'agence du médicament : question sur la qualité des évaluations. Sont elle liées au coût des médicaments ? Pas forcément à leur efficacité. Par exemple l'homéopathie remise en question, ainsi que les médecines parallèles...

Divergences légalisation cannabis

  • Libéralisation de la drogue ? Choqué. Des enfants sont touchés. Elle ne peut pas être légalisée. Dégâts de l’alcoolisme, du tabac… ne pas y ajouter la drogue.
  • – Le cannabis n’est pas pire que l’alcool, ne pas comparer drogues dure et douce
    – Ramène de l’argent à l’Etat. Tous les prix remontent…
    – Le cannabis thérapeutique alimente une société souterraine. Cela ferait rentrer de l’argent à l’Etat.
    – Oui, mais des dérivés de produits de cocaïne bien plus puissants, qui font vivre une économie illégale
    – Crainte sur la drogue en vente libre, cela va-t-il augmenter la consommation ?
    – Les ventes de stupéfiants représentent 1 à 2 % du PIB.
    – Témoignage : attention, la drogue thérapeutique (cannabis, morphine…) ne soigne pas, elle calme, elle soulage.

 

  • Handicap : revenir sur la loi 2005 pour l’intégration des personnes en situation de handicap.
  • Les écoles ne sont pas prévues pour, pas d’accompagnement. Pas de formation ou mauvaise formation des enseignants.
  • Voir le guide de la Loi handicap (avril 2006)… Nous en sommes loin. http://www.mdph64.fr/uploads/tx_arccg64/guide_de_la_loi_du_handicap_01.pdf
  • Des entreprises ne respectent pas leur quota d’embauche de personnes handicapées. Certaines entreprises préfèrent payer une amende
  • Manque de place dans les ESAP, les IME.
  • Les revenus sont injustes : 700 € par mois pour 35h (en ESAT). Punis parce que malade, puis puni sur les revenus…
  • Si on ne peut plus travailler à cause de son handicap, alors les revenus sont en baisse. De même si une personne d'un couple est touchée, pour le calcul de son indemnité,
    on tient compte du revenu de son conjoint. Ce n'est pas juste !
  • Santé, handicap et invalidité, tant de choses à revoir… Les handicapés sont les oubliés de la France.
  • Témoignage personnel dans ESAT : travailler pour des personnes qui vous parlent mal.
    – Technique managériale dans les ESAT, en lien avec techniques commerciales.
    – Etre efficient, et handicapé. Il faut produire !
    – Manque d’éducateurs, personnes qui ne rapportent rien à la société…
    – Manque de moyens et de matériel
    – Les familles sont livrées à elles mêmes et bien souvent ne savent pas quoi faire. C'est une violence institutionnelle. Aspect commercial de la relation humaine.
    – Aide sociale à l’enfance : pas de place, l’enfant va rester chez ses parents.
    – Moins cher, désormais des “moniteur-éducateurs”… moins bien formés, et moins payés.
  • Une personne en situation de handicap qui atteint sa retraite voit baisser ses revenus en-dessous du seuil de pauvreté.
  • Electro-hypersensibles : ne peuvent pas aller dans n’importe quel lieu. C'est aussi un handicap.
    Nous sommes potentiellement 35% en Europe devenir hypersensible à l’avenir, donc à ne plus pouvoir se déplacer, donc ne plus pouvoir travailler.
    Il y a un lien avec l'écologie : tout les éléments composants des nouvelles technologies (métaux...) proviennent , le facteur du mal être humain n'est pas pris en compte.

Retour vers la synthèse des propositions

Ajouter une revendication et/ou vos éventuelles solutions :

Ajouter un commentaire