Sports, Culture, Médias - ateliers et débat Plérin

Ateliers et débat 24 février

Table 7

Medias

  • Indépendance des médias ? Non. Il faut légiférer pour interdire les monopoles. La concentration dans les mains des mêmes crée une domination
  • Créer des medias indépendants dédiés aux campagnes politiques
  • Suppression de la redevance télévision : c’est un impôt sur l’impôt

Sport

  • Le monopole financier du football écrase d’autres sports moins “financiers”
  • Accès au sports Loisirs – Nécessite énormément de bénévolat (s'occuper des enfants, les transporter...)
  • Aides aux clubs sportifs locaux ; il faut se battre pour subsister (très différent d'En Avant Guingamp ou PSG...)
    Demandes de subventions de plus en plus complexes, organiser des événements, chercher des sponsors…
  • Jeux olympiques très coûteux. Vitrine pour les pays, gagner de l’argent…
    Les sports dits mineurs y sont toutefois représentés, on ne les voit pas autrement.
  • Remettre en place les emplois aidés : dans les STAAPS (Bac + 5) on est simplement éducateur
  • Le sport à l’école : toujours la même chose en France, alors qu’ailleurs il est pratiqué au moins 2 à 4h par semaine.
    Le sport à l’école participe au développement personnel

Culture

  • Parent pauvre des différents ministères : baisse énorme des subventions
  • Mécénat privé (ex. Pinault – LVMH uniquement pour payer moins d’impôts)
    Le marché de l'art permet aux plus riches une belle ”optimiseration fiscale”
  • Statut des intermittents du spectacle à revoir car c'est du travail “à la tâche”

Synthèse des échanges du débat

  • Les millions que rapportent le foot, le golf, etc. Pourquoi pas taxés ? C’est toujours le contribuable qui paie les infrastructures…
    Une partie de l’argent pourrait être rétribué aux petits club.
    – Si, dans les fédés ils redistribuent, mais 70% du financement va aux grands clubs, 30% aux petits clubs qui sont beaucoup plus nombreux
  • Sport amateur : l’injustice des amendes (ex. Lamballe) pour ne pas avoir d’équipes benjamins.
    Comment peut-on se développer si l’on nous fait payer des amendes dès le départ ?
    – Si on met des contraintes, ou des amendes, c’est pour aider les clubs qui font de la formation. Former des jeunes, ça coûte cher.
    – Dans ces cas-là, le répartir sous forme d’une cotisation, mais pas une amende.
  • Les jeux olympiques : un pays est nommé, on construit des infrastructures qui ne servent pas forcément ensuite.
    Des tonnes de béton pour quelques jours, et c’est fini après…
    A Paris en 2024, quel va en être le coût financier et écologique ? La fenêtre est de plus en plus étroite, et on continue dans la débauche.
  • Le sport à l’école : on n’est pas obligé de reproduire le modèle concurrentiel.
  • Association sportives : les moyens ne sont pas à la hauteur.
  • Autre enjeu : l’éducation physique et sportive : la formation des enseignants, des éducateurs, le financement des infrastructures sont remis en cause (collèges, lycées…)
  • Misogynie dans le sport, principalement de haut niveau. Ex. le tennis...
  • Rejeter le sport business, axé sur la compétition et la finance, qui s'oppose aux enjeux du sport à l'école, nécessaire au développement de la personne.
  • La formation : un esprit sain dans un corps sain.
  • Intéressant, il y a eu à Lamballe, le mouvement Football progrès”
    (un aperçu ici : https://www.letelegramme.fr/histoire/serie-mai-68-6-le-mouvement-football-progres-01-06-2018-11976611.php )
  • Si l'accès au sport pour tous les âges est important, il en va de même pour la culture
  • Intérêt majeur de l’accès à la culture pour tous, de tous les âges
  • Pour favoriser l'accès aux classes sociales défavorisées il faudrait développer la gratuité
  • ondation Louis Vuitton, grande entreprise de défiscalisation. Forteresse.
    – Réussir à payer des œuvres coûteuses en défiscalisant : comment bénéficier d’avantages fiscaux en faisant vivre de l’“art castique” (permet aussi la transmission de biens sans payer d'impôts)
  • Ref. livre Laurent Mauduit : “La Caste” – Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (sera à Étables le 16 mars)
  • Retour vers l’art ancien, qu’on redécouvre.
  • La valeur d’un billet de banque : n’a de valeur que si on lui en donne. Idem pour l’œuvre d’art.
  • L'éducation culturelle est une nécessité. Les parents sont obligés de payer pour des activités qui devraient être enseignées à l'école (ex : théâtre, expression corporelle, chant… )
  • Si les citoyens ne sont pas formés à la culture, celle-ci est forcément élitiste.
  • Pour tout ce qui est créatif, il faut que les parents paient en plus, en dehors de l’école…

Retour vers la synthèse des propositions

Ajouter une revendication et/ou vos éventuelles solutions :

Ajouter un commentaire