Santé, Handicap, Solidarité - ateliers et débat Plérin

Ateliers et débat 24 février

Table 3

  • Recul des services publics transférés vers le privé, creusant les inégalités
  • La santé est devenue une marchandise
  • Les EHPAD sont devenus beaucoup plus chers : les enfants paient et s’ils ne sont pas solvables, on recherche les petits-enfants. Situation qui déchire des familles.
  • Association L’Hirondelle (créée en 1947) : pour les jeunes placés en famille ou foyer. Ceux-ci relève de la compétence départementale, avec beaucoup de disparité entre les départements.
  • Pour les retraites des invalides, revenir à la Loi de 1983 : le montant de la retraite ne peut être inférieur à celui de l’invalidité. Ou qu’elle soit considérée invalide à vie, sans baisse de pension.
  • Suppression des franchises médicales pour les handicapés et invalides en ALD (Affection de longue durée), réforme incohérente de la sécurité sociale qui touche les personnes les plus démunies
  • Supprimer les mutuelles – Tout CPAM
  • Les invalides sont considérés comme des parias, laissés pour compte.
  • Coût des voitures adaptées, trop chères
  • Le crédit d’impôt pour aménagement d’une maison ne tient pas compte de l’invalidité, mais toujours des ressources
  • La FNIR (Fédération Nationale pour l’Invalidité et la Retraite) s’est créée pour dénoncer aux pouvoirs publics les états de fait et porter les demandes suivantes :
    - Chute vertigineuse des salaires des handicapés substitués par des pensions d’invalidité, générant une exclusion sociale
    - Pensions en-deça du seuil de pauvreté ne respectant pas la charte européenne laquelle prévoit aux personnes âgées une « existence décente »
    - Avoir accès à la CMU quand l’AAH ou une pension d’invalidité sont les seuls revenus
    - Logement : La création de logements sociaux adaptés a été supprimée de la loi ELAN : il est mentionné des logements simplement « adaptables ».
      Suppression de l’article 18.
    - Suppression de la TVA sur tout le matériel technique et médical
    - Mettre en place des crédits à taux zéro pour permettre l’achat immédiat de matériel
  • Créer des organismes de contrôle indépendants pour les EHPAD, les foyers, les hôpitaux ;
    qu’ils puissent être saisis par les patients ou leurs proches en cas de maltraitance, pour porter plainte en « nom propre ». 

Synthèse des échanges du débat

  • Selon un article d'Alternatives Economiques de novembre 2018, les entreprises soumises à obligation de 6% de travailleurs handicapées : mais 3% seulement le font.
    Elles préfèrent payer une amende.
    – Amende pas assez chère. Plutôt que de verser le CICE, les obliger à embaucher des personnes handicapées
  • L’Hirondelle, association protection de l'enfance
    Pour les personnes qui n’ont pas de projet scolaire, ni professionnel
    Elle se bat pour les pupilles de l’Etat : à 18 ans ou à 21 ans (en cas de projet scolaire ou professionnel), c’est la date fatidique : arrêt brutal, sortie du dispositif d’accueil
    – Rencontré beaucoup de jeunes abandonnés dans les ronds-points, la plupart 18 ans. A la rue, pas de toit, pas d’argent, contraints à la mendicité.
    On crée les SDF de demain. Beaucoup de Français ne sont pas au courant. Les femmes seules sont une cible.
  • Ils doivent vraiment avoir un projet professionnel ou un cursus scolaire ?
    – Ils n’ont pas droit à l’erreur.
    – Soit foyer, soit famille d’accueil. A 18 ans ils doivent quitter les structures
    25 % pupilles de de l’Etat qui sont SDF. Obligés de partir, plus de lien avec famille d’accueil. Scandale d’Etat.
    Le Département le gère très mal. La Loi de 2013 n’est pas appliquée
  • Pourquoi ces jeunes n’ont pas accès à des logement auprès des municipalités ?
    – Personne pour se porter caution.
    – Si le jeune majeur a un contrat, il ne quitte pas le foyer.
    – Les autres, à 21 ans, peuvent rester jusqu’aux études, mais ne peuvent difficilement poursuivre. Il faut les prendre en charge.
    – Pourquoi ce n’est pas l’Etat qui se porte garante ? – Maintenant c’est le Conseil départemental
       Le préfet représente l’Etat -
    – Certaines familles gardent les enfants (par attachement ou humanité), mais c’est illégal
    – Témoignage : Une famille d’accueil ne devait « pas s’attacher à l’enfant ». Confié à 2 mois, ôté par les services à 7 ans. Elle l’accueille de nouveau depuis qu’il est majeur.
  • AAH Allocation Adulte Handicapé de 875 euros que l’on perd quand on est en couple, car conditionné aux revenus.
    Elle doit être revalorisée et ne pas dépendre des revenus du conjoint.
  • Suppression de la TVA sur le matériel médical
    Accès au crédit gratuit pour en acquérir,
    accès à la CMU si bénéficie de l'allocation adulte handicapé
  • Mutuelles au tarif adapté
  • On constate beaucoup d’abandon de soins à cause des coûts
  • Handicap caché, la surdité : sous un certain seuil, pas de pension ou d’aide
    – Ce sont les parents qui doivent tout mettre en place. Un enfant placé dans une classe avec 43 élèves : l’enlever pour une autre classe, ou bien ils sont largués. Handicap incompris dans les milieux scolaires : besoin de suivi scolaire constant.
    Témoignage de cette scolarité réussie, mais grâce aux parents.
    – remettre la NDPH pour ces enfants.
    – Autre témoignage : deux implants « cochléaire »
  • Le matériel coût une fortune : (EPHAD aussi) on vieillit tous – Pour prendre les personnes âgées en famille.
    Il faut pouvoir (assos, particuliers) avoir un droit de regard sur les lois votées
    Comme pour les médicaments : pourquoi ne pas faire du matériel « générique », avec tarif social ?
    – Les médicaments génériques : les labos s’arrangent pour changer légèrement la formule pour que l’équivalent n’existe pas

Divergence !!

  • Comment dans l’Etat de délabrement actuel, d’énormes besoins en matière médicale et de couverture sociale, peut-on ouvrir le remboursement à la PMA, la GPA. Délire absolu !
    + accueil des migrants etc.
  • Non, il faut arrêter de propager de fausses affirmations. Les aides que parfois reçoivent ces personnes ne font pas d'eux des privilégiés.
    Il faut arrêter de monter les pauvres contre les plus pauvres. Ces querelles font bien rire les grosses fortunes du CAC 40, qui eux sont réellement les plus privilégiés.
    Nos politiques coloniales engagent notre responsabilité dans la misère actuelle. A près avoir exploité les richesses de leur pays, fomenté des guerres et des interventions armées.
    Notre devoir d’humain c’est d’accueillir tout le monde.
    Quand au droit pour tous d'avoir des enfants, homme ou femme comment peut on envisager d'interdire à quiconque de chérir un enfant, alors que le progrès scientifique le permettrait ?
    Les moyens financiers existent pour financer tout ça : argent capté par l’évasion fiscale, la suppression de l’ISF, le CICE, pour payer des actionnaires…
    La vrai question, elle est politique, c'est une meilleure répartition : justice fiscale pour l’égalité.
  • L'argent existe. Pourquoi pas une sécurité Sociale à 100% pour tous. Les frais de gestion de la Sécu est de 5%, ceux des mutuelles de 18%
  • Une partie de plus en plus importante du travail part vers le capital. Aujourd'hui plus de 35 jours de travail par an par individu est reversé au capital sous forme de dividendes.
  • Libéralisme mondial : les dominants écrasent les dominés – On ne parle plus d’humanité, on parle de déshumanité.
    Où est l’école laïque ? Le privé, c’est priver les autres. A l’école, la culture ne doit pas servir à écraser les autres. A mettre les peuples en compétition…
  • Taxe James Tobbin, taxation de 0,01 % sur les transactions financière. Imposer cette taxe à toutes les transactions financières permettrait d'éradiquer la misère dans le monde
    Les mettre à 10%, pour redistribuer ensuite aux handicapés, à l’éducation, pour les retraites, les revenus universel, le sport, l’écologie… Permet d’éradiquer les problèmes.
  • La dette : on ne parle jamais de l’intérêt de la dette. La banque nationale est obligée d’emprunter au privé.
    Ceux qui en sont sortis : par exemple le Canada s’emprunte à lui-même à taux zéro.
  • Rothschild détient 80 % des banques françaises. ( ??)
  • Droit de réponse : travaillé en Afrique pendant 30 ans. Siégé dans des instituts.
    Les migrants qui traversent la méditerranée ne sont pas les damnés de la terre. Ils ont pu mobiliser des fonds pour des passeurs. D’ailleurs refus d’immatriculation des bateaux.
    – Le refus d’immatriculation des bateaux concerne plutôt les bateaux humanitaires (Acquarius)
    – Si les passeurs font des affaires, c’est parce que l’on empêche les réfugiés de venir. Les migrants ne peuvent pas acheter un billet d'avion comme vous et moi

Retour vers la synthèse des propositions

Ajouter une revendication et/ou vos éventuelles solutions :

Commentaires

  • Recoursé Paul
    • 1. Recoursé Paul Le 06/03/2019
    "[i]Droit de réponse : travaillé en Afrique pendant 30 ans. Siégé dans des instituts.
    Les migrants qui traversent la méditerranée ne sont pas les damnés de la terre. Ils ont pu mobiliser des fonds pour des passeurs. D’ailleurs refus d’immatriculation des bateaux.
    – Le refus d’immatriculation des bateaux concerne plutôt les bateaux humanitaires (Acquarius)
    – Si les passeurs font des affaires, c’est parce que l’on empêche les réfugiés de venir. Les migrants ne peuvent pas acheter un billet d'avion comme vous et mo[
    /i]i"

    Je conteste d'abord le fait de classer cette intervention comme un "droit de réponse". J'ai constaté que ce participant a développé un discours construit et très militant sur différents sujets se posant an militant de la mnanif pour tous et donc de la thèse du grand remplacement.

    Pour ma part, constatant que le débat n'était plus possible du fait de l'absence de possibilité de débattre dans un tel climat de , j'ai quitté la salle. N'ayant pas participé au début des échanges, j'ai estimé qu'il ne m'appartenait pas d'ajouter à la confusion. Ai-je eu tort ou raison ?
    La riposte de deux des "organisateurs" pour respectable qu'elle soit ne m'a pas paru suffisante; Le discours humaniste ne suffit pas à contester et contrer une propagande comme celle qui nous a été servie.
    Je me permets de faire quelques propositions et rappeler des données qui permettraient de nourrir un vrai débat sur l'immigration aujourd'hui :
    1- les dits "migrants " d'aujourd'hui que nous voyons en France, en Europe sont des exilés, il sont là pour chercher refuge. Nous serions bien inspirés de la nommer des chercheurs de refuge.
    2- Il est faux de dire que la cause première de leur "migration" sont les agissements des trafiquants comme il a été dit et qui est répété à l'envi : les causes sont multiples, parmi celles-ci : la misère, les guerres, l'exploitation capitaliste, la crise climatique... Des responsabilités, des politiques responsables de ce phénomène migratoire peuvent aisément être identifiées
    3- Les défenseurs de ces exilés ne transforment en rien ce qui serait une grande manipulation, un "complot" en "crise humanitaire". La crise humaine est là et se manifeste par des centaines de morts en Méditerranées, en masse de miséreux totalement démunis que des pays concentrent dans des camps;, en groupes de femmes, d'hommes, d'enfants que l'on pourchasse en permanence, en retours au pays qui très souvent équivaut à de nouveaux calvaires.
    4- Contrairement à la "fake new" qui est répandue : les étrangers rapportent économiquement plus qu'ils ne coûtent. (voir des travaux incontestables à ce sujet.
    5- C'est de la condition de l'exilé qu'il nous faudrait débattre. "Comprendre le migrant en tant qu'exilé permettra de mieux l'accueillir et, en place d'un droit d'asile défaillant, d'esquisser les fondements d'un droit d'exil" Alexis Nouss dans la Condition de l'exilé, éditions de la maison des sciences de l'Homme
    Ce n'est qu'un début, continuons le débat ?!...

Ajouter un commentaire