Education, Jeunesse, Enseignement Supérieur, Recherche - ateliers et débat Plérin

Ateliers et débat 24 février

Table 5

Enseignement

  • Aucun drapeau en classe !
  • Maintenir la gratuité de l’enseignement – Son budget peut être augmenté par un impôt plus progressif
  • Que les entreprises qui bénéficient de main-d’œuvre qualifiée contribuent financièrement et matériellement à la formation (écoles de commerce, enseignement professionel…)
  • Post Bac : limite l’égalité des chances - Parcours Sup augmente la discrimination sociale
  • Il y a un trop grand décalage entre l’enseignement et la vie active.
  • Disparité de la carte scolaire : selon le quartier, le niveau scolaire sera inférieur à la moyenne nationale
  • Selon l’OCDE, plus il y a d’élève par classe moins les enseignants sont bien payés (cela n'est pas le cas dans les autres pays d’Europe ?) ?
  • Du fait des contraintes budgétaires, on a diminué les heures d’enseignement, soit un an par discipline, par rapport à la génération précédente. 1600 postes supprimés dans le cadre de la “cohésion sociale” => appel au bénévolat (retraités...)
  • L’argent public ne doit financer que l’école publique dans un État laïque
  • – Divergences (voir débat)

Synthèse des échanges du débat

  • Redonner la liberté aux familles, liberté du choix - Ecoles privées et publiques sous contrat. La laïcité, très vieux débat qui est clos.
    – Non, il n’est pas clos du tout !
  • Des écoles privées pour les ouvriers, d’autres pour les riches / Des écoles publiques également
  • Compétition entre les écoles et les lycées :
    Lycées très quotés : compétition à tout crin. C’est devenu un sport national, même mondial.
    On élimine, le moins bon, le plus lent… Modèle du libéralisme économique, infernal
  • Les premiers humains étaient dans la solidarité pour la survie. Maintenant c’est le pouvoir, la supprémacie…
  • Ecole dans le privé, mépris de classe par rapport aux gilets jaunes (?)
  • Des entreprises participent à l’éducation : pas directement à l’établissement. C’est le cas dans l’agriculture.
    – C’est l’entreprise qui doit former, pas le rôle de l’éducation
  • Education : formatage, faire des personnes corvéables à merci.
    – Mais l’accès à la culture permet le sens critique : Si les gens sont plus éduqués, alors ils sauront dire non à certains types de travail asservissants.
    – Apprendre c’est bien, comprendre c’est mieux.
    – Le projet politique de l’école, c’est de préparer les élèves au monde libéral, à la reproduction sociale : compétition, etc.
    – L’enseignement forme une main-d’œuvre qualifiée, les entreprises devraient y contribuer. Par l'impôt prioritairement
  • Témoignage : cadre supérieur : le modèle capitaliste aux EU est impressionnant ! Ils sont onditionnés depuis le plus jeune âge.
    Silicon Valley, reversement aux fondations. La France est plus un modèle social.
    Les universités sont très très chères. Et beaucoup sont à la rue. C’est inquiétant
  • Les EU sont un modèle libéral; conditionnement au drapeau américain, par ex. Les grandes fortunes investissent dans des fondations (Bill gates).
    C'est aussi un moyen de payer moins d'impôts...
  • La France est un modèle plus social, aux USA beaucoup de financements sont effectués par les communautés ethniques ou religieuses. Les universités sont hors de prix. On prend cette voie en France.
  • Quel choix avec les diplômes ; ex d’Amazon où travaillent des surdiplômés.
  • L’éducation, c’est tout au long de la vie. Merci aux Gilets jaunes : débat, démocratie…
  • Ex. Concurrence des prix sur Amazon et le même produit dans le centre-ville, beaucoup plus cher
    Abus chez les commerçants quand on voudrait acheter local
    – Le commerçant ne peut pas acheter au même prix que ceux qu’Amazon négocie avec ses fournisseurs
  • Pour les universités : augmentation des frais pour étudier en France.
  • Dans la tranche des 18/35 ans, 2 millions de jeunes et jeunes adultes, ni en formation ni en emploi
  • Public / privé : des zones faites pour créer des ouvriers. Dès le départ, tu peux être lésé, les cartes sont faussées.
  • Il faut la même “chance” pour tous.
  • – Education est là pour contrer ça : ça formate des gens pour produire
  • L’éducation nationale doit rester nationale, mais pas à la botte des entreprises.
  • Le dualisme privé/public aujourd’hui: des endroits où les enfants sont sacrifiés.
  • Il faut faire de la discrimation positive.
  • A la rentrée prochaine, un tiers des heures seraient ôtées en Français, maths et physique.
  • Actuellement, une bonne partie du travail scolaire est fait avec les parents à la maison.
    Celui-ci devrait être fait complètement à l’école. Des enfants ne peuvent pas le faire à la maison.

Retour vers la synthèse des propositions

Ajouter un commentaire